Je suis un monstre de Keren Nott

13347021_1761776060775778_6809633664493504815_nTitre : Je suis un monstre
Auteur : Keren Nott
Nombre de tomes : OS
Éditeur : Éditions Underground
Nombre de pages : 350
Date de sortie : 31 octobre 2015
Genre : Thriller
Lien : http://www.editions-underground.com/roman-policier-thriller/38-je-suis-un-monstre-keren-nott.html

Résumé : Je suis un monstre. C’est le nom qu’on me donne, l’étiquette qu’on me colle. Le mot qu’on me jette à la figure chaque fois qu’on me voit. Et on me voit beaucoup, on me voit partout. Télé, radio, journaux, on ne parle plus que de moi.
On ne pense qu’à moi. Un monstre… étymologiquement, celui qu’on montre. Mon visage hante vos consciences. Peut-être bientôt sera-t-il présent dans le dictionnaire, parfaite illustration du mot cruauté. Ou du mot souffrance. Car les monstres naissent dans la douleur et de la douleur, c’est bien connu. Les psychanalystes diront que c’est la faute de Maman ou encore des jeux vidéo.
Ils se trompent. Tout est de votre faute. Pourrez-vous l’assumer ?

Avis de Tatsu-chan : Comme le laisse deviner le résumé, c’est un livre assez dur et sombre. Nous sommes dans un thriller et la romance n’est clairement pas le centre de l’histoire. Certains diront même qu’elle est quasi absente. Mais je la trouve bien assez présente pour ce récit. L’auteur n’en fait pas trop, on a juste ce qu’il faut pour comprendre les sentiments d’Edselias pour celui qu’il suivrait jusqu’en Enfer, et c’est parfait comme ça.
Nous suivons donc la vie d’Ed, un garçon qui n’a vraiment pas eu de chance dans la vie : une mère junkie et prostituée, un oncle vraiment dégueulasse, c’est un paria à l’école… Chaque fois qu’il pense avoir trouvé une lueur de bonheur dans sa morne existence, elle est détruite par les aléas de la vie. Tant de petites choses qui, accumulées, ont fait de lui le monstre qu’il est devenu.
Les descriptions sont intenses et permettent de vraiment se plonger dans le récit. On vit tout comme si on y était. Du coup, on ne peut s’empêcher d’avoir de la compassion pour Edselias. Et même pour les autres personnages (comme Aiden). On est entraîné dans un abysse de sentiments plus sombres les uns que les autres, et on continue pourtant de lire, avec une fascination morbide. Même si j’avoue que j’ai dû faire une pause dans ma lecture parce que je commençais à faire des cauchemars tant certaines scène peuvent être dures.
Je n’ai relevé aucune incohérence. Tout m’a semblé parfaitement réaliste. Et c’est peut-être d’autant plus flippant, finalement. Car on se dit que ce garçon qui tourne mal pourrait très bien être le fils de nos voisins, ce petit garçon qui a l’air si gentil…
Clairement, ce livre n’est pas pour tout le monde. Il plaît ou il ne plaît pas, mais on ne peut rester indifférent à sa lecture. Une fois qu’on le referme, on se demande si le monstre est vraiment Edselias ou ceux qui l’ont laissé (poussé à ?) devenir ainsi.
Concernant l’édition, le livre papier est de très bonne qualité. Et quel plaisir de voir une jeune maison d’édition mettre autant de cœur à ce que l’histoire soit exempte de fautes et autres problèmes de mise en page. Un livre très agréable à la lecture, et que je recommande pour les amateurs d’histoires sombres.

Note : 4,5/5

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s