Tatouage d’Emilie Lepers

13310540_1757891627830888_4705356004361002665_nTitre : Tatouage
Auteur : Emilie Lepers
Nombre de tomes : OS
Éditeur : Éditions Muffins
Nombre de pages : 472
Date de sortie : octobre 2007
Genre : Fantasy, Romance
Lien : Les éditions Muffins ayant fermé leurs portes il y a peu, ce livre n’est plus disponible à l’achat actuellement. Mais, comme dit sur la page d’accueil du site, les livres de cette ME seront certainement réédités. http://www.leseditionsmuffins.com/index.html

Résumé : Iian et Liian Loy sont jumeaux. A la mort de leur père, Seigneur des Terres de Vaylan, Liian s’empare du pouvoir, faisant aussitôt régner un climat de terreur sur ses sujets. Son frère restant le principal obstacle à son sacre, il ordonne en guise de torture que soit effectué sur son corps un tatouage de sang dans la plus vieille tradition.
Des années plus tard, isolé dans un cachot, Iian au corps recouvert de cicatrices n’existe plus aux yeux des autres. Seul Alexander, jeune empathe assigné au service du seigneur tyrannique, semble se souvenir de lui. C’est en sa compagnie que Iian s’enfuit à la recherche d’un refuge pour panser leurs plaies. Mais peut-on se satisfaire d’une vie tranquille lorsqu’on est jeune, amoureux et épris d’aventures ? Alors qu’Alexander ne cesse de développer de nouveaux dons, le destin des deux hommes s’impose doucement à eux…
À partir de 16 ans.

Avis de Tatsu-chan : /!\ Note : J’ai lu ce livre en 2009 et avait envoyé ma critique directement à l’auteure. Je l’avais ensuite remodelée pour mon ancien site de chroniques. Je remets donc à jour mon avis (corrigé, au passage) pour la blog 
Dés le début du livre (sans compter le prologue), une chose m’a choquée : Iian a 12 ans. Pourtant, en lisant, on avait vraiment l’impression qu’il n’en avait que 5 ou 6, tout au plus. Sa façon de s’exprimer et son comportement me faisaient clairement penser à un très jeune enfant. Je comprends que la mort de son père soit dure, mais sa réaction est un peu exagérée, je pense. Autre chose que j’ai trouvé assez gênant, c’est le manque de descriptions, parfois. Il y a certains personnages et lieu que j’ai eu du mal à me représenter car pas assez décrits. Et c’est vraiment dommage. Bien sûr, il ne faut pas non plus aller à l’extrême et en venir à faire des pages et des pages rébarbatives de descriptions. Mais un peu plus de détails n’aurait pas fait de mal à l’histoire, selon moi.
Par contre, un point qui m’a grandement déçue au début du livre, mais que j’ai finalement pu apprécier à la fin, et qui me laisse donc un petit arrière goût d’indécision quant à savoir si c’était une bonne idée ou non : le prologue. L’idée de commencer par la fin est une chose que je n’aime pas à la base, car ça gâche une grande partie du suspens : on sait déjà que Iian va retrouver la parole, qu’aucun des deux ne sera gravement blessé pendant les combats, qu’Alexander va réussir à marcher de nouveau et que Iian va faire terminer son tatouage. On peut même arriver très facilement à deviné qu’il y aura un ménage à trois avec Elena qui sera la mère de Marc. Je dois avouer que cela a failli m’arrêter dans ma lecture. Néanmoins, ayant entendu plein de bonnes critiques au sujet du livre, et me posant tout de même des questions sur ce fameux tatouage, j’ai quand même continué. Et je dois dire qu’au final, je peux comprendre ce choix. Donc je pense que ce n’est pas un si mauvais point, mais je maintiens que ça gâche une grande partie du suspens et de l’envie de continuer la lecture.
Enfin, que c’était agréable à lire ! Très sincèrement, que ce soit au niveau de l’édition (livre agréable à tenir en main, tourner les pages, etc…) ou de l’écriture en elle-même. Emilie Lepers un style très sympathique et à chaque fin de chapitre j’avais envie de continuer. Donc un grand bravo pour cela ! Pour un des premiers livres de la ME, je l’ai trouvé de très bonne qualité (j’ai relevé seulement deux coquilles… J’en ai déjà vu bien plus dans d’autres bouquins de ME plus grandes !).
J’ai également beaucoup aimé la relation qu’avaient les deux personnages principaux avec Elena. En soi, ça peut faire pas mal stéréotype du fantasme féminin, donc ce n’est peut-être pas vraiment un bon point, mais dans ma grande faiblesse féminine, je l’y mets quand même. Surtout qu’Elena est un personnage très attachant, ce qui est assez rare dans les boy’s love pour une femme qui tourne autour des deux beaux spécimens masculins qui vont nous satisfaire en M/M. Quant aux sentiments, si les décors et les descriptions du physique des personnages laissaient parfois à désirer, c’était bien rattrapé avec les sentiments. On comprends bien ce que ressentent les personnages, que ce soit pour Iian, Alex ou même Elena.

Note : 4/5

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s